donations en vitrine

Cette belle sélection de 2021 montre la grande diversité de nos dons: du petit au grand, du personnel au précieux, à la fois unique et administratif. Les dons sont utilisés autant que possible dans le fonctionnement du musée: dans l'exposition permanente, dans les expositions temporaires, dans les activités éducatives et dans le centre de connaissances en tant que sujet d'étude et de recherche. Ils contribuent tous à une meilleure compréhension de l'histoire de la Première Guerre mondiale. Merci à nos donateurs !

Vous trouverez un aperçu de nos dons dans notre annuaire.

Filip Depoorter
(B)

Un cadre avec une œuvre finement brodée d'Oscar Dewulf de Gits. Oscar Dewulf, le grand-père de Filip Depoorter, appartenait au 4e régiment de ligne et était prisonnier de guerre à Alten Grabow en Allemagne pendant la guerre. Dans l'œuvre, il a incorporé une photo de lui-même et de son frère Henri Dewulf.

Frans Manders
(NL)

Assiette en étain avec inscription "1915, 1916, 1917, 1918 – 58th Canadians Bugles – Ypres, Somme, Vimy, Passchendaele." Au revers sont gravés les initiales et les noms des soldats Thomas Joseph Ashton, Harry Augustus Whitman, Percy Calvesbert et George Victor Kemp. Ensemble, ils ont survécu à la guerre et tous les quatre sont rentrés au Canada en 1919.

Marleen & Catherine Boudry
(B)

Casque à épingle en cuir allemand d'un homme du 24. Reserve-Infanterie-Regiment. Jules Boudry d'Ypres, le grand-père de Marleen et Catherine, l'a ramené de France. Jules a été blessé pendant la Première Guerre mondiale. Il est ensuite devenu démineur.

Katelijne & Marijke
Van Delm
(B)

Trois télescopes portatifs (un en carton, un en métal et un en bois) et une centaine de plaques de verre stéréo. Ils appartenaient à Jean François Hendrickx, grand-oncle de Katelijne et Marijke. À peine ordonné prêtre, il devient brancardier dans l'armée belge en 1914, et aumônier du 17e régiment de ligne en janvier 1917.

Francine Lefèvre
(B)

Alphonse Vanden Driessche a été tuée en 1915 à Ypres. Ses deux filles Gratia et Gilberte sont transférées en France. A leur retour en 1919, la reine Elisabeth leur offre une chaise Thonet avec une poupée de porcelaine. Les deux filles ont été accueillies par leur tante Annie à Bruxelles. Les sœurs ont laissé derrière elles une photo, des médailles religieuses, une machine à coudre et deux assiettes ovales.

Monique Hoffman 
(F)

Le soldat français C. Polvèche a peint le "Poste No.1" le 18 mai 1915 au Noordvaart, le long de la route de Nieuwpoort à Ramskapelle. Son unité (6e R.I.T.) avait été affectée au Groupement de Nieuport un mois plus tôt. Polvèche lui-même servait dans la 11e compagnie, tandis que Paul Hoffmann était commandant de la 10e compagnie. D'une manière ou d'autre, le tableau a dû atterrir entre ses mains, ou devenir la propriété de sa famille.

Elsa Reynders
(B)

Les photos et les lettres des trois frères soldats Lamberigts ont été conservées par leur sœur Greetje. Pendant la guerre, elle a fait passer clandestinement les lettres d'Ophoven par la frontière néerlandaise. Leur mère Marian a également fait réaliser une broche ornementale dans laquelle sont incrustés les portraits de ses fils. Mathieu et Léon ont survécu à la guerre, mais le plus jeune frère Pieter ("Pitje") est décédé le 1er juillet 1916 à Kaaskerke.

Rose Vanrietvelde
(B)

Un encrier et trois porte-plumes avec couvercle et plaque inférieure, un encrier en pierre et un encrier avec l'inscription "Belgique 14-18".

James Brazier
(UK)

Cette douille travaillée unique montre une image fine et détaillée des ruines de la Belle Godshuis dans la Rijselstraat à Ypres. C'est l'une des pièces que James Brazier a prêtées pour "Phoenix". Reconstruction après la Première Guerre mondiale' (2019) et dont il a fait don de manière permanente au musée après cette exposition.

Eddy Barbry
(B)

La douille avec l'inscription chinoise "prospérité" est une pièce unique de la collection d'art des tranchées de la famille Barbry de Westouter. Le grand-père d'Eddy, Julien, a survécu à la guerre; son grand-oncle Florent est tué au combat le 28 septembre 1918 près de Westrozebeke.

Cathérine Leclercq-Longuet
(F)

Amulette et la malle en bois de Joseph Vanseveren, grand-oncle de Cathérine. Joseph vivait à Roubaix, où ses parents tenaient un café-épicerie. Il est tué au combat le 31 décembre 1914 près de Veldhoek (Geluveld) en tant que soldat du 66e Régiment d'Infanterie. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Bert Biesmans
(B)

Après avoir visité le musée, Bert Biesmans a décidé de faire don de la pierre tombale de son grand-père Jan. Jan Biesmans a perdu son bras gauche lors d'un bombardement. Il a été retiré du front à Nieuwpoort et envoyé dans un hôpital de Londres. Il y est tombé amoureux de son infirmière Ellen Keneally, qu'il a épousée et est allé vivre à Bilzen après la guerre.

Andreas Püschel
(D)

Dans l'appartement de sa grand-mère, Andreas a trouvé deux sous-verres magnifiquement brodés et un chemin de table portant l'inscription "Gott Mitt Uns - Flandre occidentale - 1914-1916". Ces souvenirs ont peut-être été apportés ou envoyés par Otto Radke, l'arrière-grand-père d'Andreas. Otto a servi dans la marine pendant la Première Guerre mondiale et serait mort dans une révolte en 1918.

Ludo De Smedt
(B)

Floris Depoortere de Lauwe a été mis au travail comme travailleur forcé près de Laon (F). Il y est mort le 3 mars 1917. La plaque commémorative individualisée "à notre fils et frère profondément regretté" indique le chemin vers Rollegem-Kapelle et montre l'ancien Plaatsemolen. Le nom figurant sur la tombe au premier plan et l'église (ou la basilique) à l'arrière-plan n'ont pas pu être identifiés pour l'instant.